« Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. » (Exode 20:17)

Journée des dominos

La Journée du domino était un événement annuel qui permettait de voir combien de dominos pouvaient être renversés en touchant d’abord un seul petit domino. Des équipes ont passé des journées à aligner des milliers de petites briques, à construire des gradins dans les lignes et à réaliser d’autres effets spéciaux. Les gémissements de déception étaient forts lorsque la ligne ne tombait pas avant l’arrivée – ou lorsque quelqu’un renversait une ligne par accident et que les constructeurs devaient recommencer ! Le record est de 4.491.863 pierres de domino ! Il est étonnant qu’une petite chute puisse déclencher une énorme réaction en chaîne.

C’est ce que l’on appelle scientifiquement l' »effet domino », qui indique que lorsque vous modifiez un comportement, cela active une réaction en chaîne et provoque également un changement dans les comportements connexes.

Le dernier mot de notre série, s’il est violé, aura un « effet domino » sur les neuf précédents. Il est essentiel pour le reste. Il est intéressant de noter que la plupart des commandements concernent nos actions, mais celui-ci concerne avant tout l’attitude de notre cœur. Le proverbe (4:23) dit : « Par-dessus tout, garde ton coeur, car tout ce que tu fais en découle ». La convoitise est un désir très fort pour quelque chose qui n’est pas à nous et qui jaillit du plus profond de notre cœur comme la jalousie, l’avidité, l’envie avec ce que les autres ont et ce que nous n’avons pas.

Lorsque nous traitons de la convoitise, nous devons réorienter les priorités de notre cœur, comme l’a dit Jésus dans Matthieu 6:21 : « Où que soit ton trésor, là aussi seront les désirs de ton cœur. » Cela signifie que les désirs de ton cœur suivront ce que tu chéris le plus, ce qui est le plus important pour toi.

Convoitise et désir

Convoiter n’est pas la même chose que désirer. Nous sommes faits pour désirer tout ce que Dieu a créé pour que nous en jouissions. Notre Créateur nous a conçus pour que nous ayons des besoins et des désirs afin que nous puissions entrer en relation avec Lui et nous réjouir de Lui comme notre pourvoyeur et notre soutien. Nous avons le désir de réussir et de bien faire, de fournir ce dont nous avons besoin pour nos responsabilités et nos activités, de produire et de rendre la vie meilleure, de profiter des bonnes choses de la vie.

L’un de mes écrivains préférés, C.S. Lewis, a déclaré « Il semblerait que Notre Seigneur trouve nos désirs non pas trop forts, mais trop faibles. Nous sommes des créatures sans cœur, qui plaisantent avec la boisson, le sexe et l’ambition quand une joie infinie nous est offerte, comme un enfant ignorant qui veut continuer à faire des tartes de boue dans un bidonville parce qu’il ne peut pas imaginer ce que signifie l’offre de vacances à la mer. Nous sommes bien trop facilement satisfaits ».
Convoiter signifie désirer à l’excès, en ignorant les limites du « assez », et désirer illégitimement, en ignorant ce qui appartient à l’autre.

En fait, la convoitise était le péché originel, car Adam et Eve désiraient ce qui appartenait exclusivement à Dieu, et prenaient ce qu’ils n’auraient pas dû prendre.

Dans la Bible, le mot Hrbew pour désir, « chamad », est souvent utilisé avec le mot « lakach » qui signifie « prendre ». Le Deutéronome 7:25, par exemple, déclare : « Ne convoite pas (chamad) l’argent…. et ne le prend pas (lakach). » Ainsi, ce que vous laissez se nicher et grandir dans votre cœur devient une action de prendre ce qui n’est pas à vous.

Contentement

On parle beaucoup de la « pleine conscience » comme discipline pour améliorer notre être, mais pour faire les bons choix, l’un des meilleurs « états d’être » que je connaisse est l’état de « contentement ». L’écrivain des Hébreux (13:5) nous a donné l’antidote au péché de la convoitise. « Gardez votre vie libre de l’amour de l’argent et contentez-vous de ce que vous avez », car Dieu a dit : « Jamais je ne vous abandonnerai, jamais je ne vous abandonnerai. » Cela nous donne trois façons de mettre en œuvre la parole n°10.

Tout d’abord, nous ne devons pas considérer l’argent comme la ressource la plus importante pour résoudre tous nos problèmes et répondre à tous nos besoins et désirs. Seul Dieu peut faire cela !

Deuxièmement, nous devrions apprendre à nous contenter de ce que nous avons, quels que soient la situation et le niveau économique dans lesquels nous nous trouvons. Faire cela est un acte de reconnaissance envers Dieu et une acceptation du leadership caché dans nos vies.

Troisièmement, nous devons avoir confiance que Dieu sait ce dont nous avons besoin et qu’il nous le fournira. N’oubliez pas que Dieu paie toujours pour ce qu’il ordonne !

Le contentement est-il vraiment possible dans la société actuelle ? Il semble que nous soyons constamment bombardés d’options illimitées dans une société où l’on nous dit constamment que nous ne serons jamais heureux si nous ne disposons pas des dernières innovations, de la technologie la plus récente, du plus grand écran de télévision.
Je veux sortir de ce carrousel et trouver un véritable contentement ; être satisfait de ma situation, ne pas me plaindre, ne pas avoir envie d’autre chose et avoir l’esprit tranquille.

J’ai connu le désir quand j’étais enfant, après que mon père ait perdu son emploi et n’ait pas pu maintenir notre niveau de vie. Il s’est endetté, puis a fait faillite. J’ai connu beaucoup de choses en tant que PDG d’une entreprise de services de vol spatial. Comment pouvons-nous atteindre cet état de satisfaction qui est indépendant des circonstances ? La réponse a été donnée par Paul dans notre passage biblique d’aujourd’hui dans Philippiens 4:13 : « Je peux tout faire par le Christ qui me donne la force ». J’aime ce que dit le Major Ian Thomas, fondateur et directeur du ministère des porteurs de flambeau : « Tout ce dont vous avez besoin, c’est ce que vous avez ; ce que vous avez, c’est ce qu’Il est ; vous ne pouvez pas avoir plus ; et vous n’avez pas besoin d’avoir moins ».

Faire les bons choix ?

Le contentement vient du fait d’avoir une perspective éternelle, de prendre des décisions basées sur la sagesse et les conseils bibliques. Le contentement financier a moins à voir avec l’argent qu’avec nos attitudes, nos systèmes de croyance et nos décisions. Le moyen d’être satisfait est d’exprimer sa gratitude pour ce que l’on a déjà. Le contentement a tout à voir avec votre relation avec Dieu et rien à voir avec votre argent. Une fois que vous êtes libéré de l’amour de l’argent et de la poursuite de celui-ci, vous pouvez en avoir beaucoup ou peu et être tout de même satisfait. Vous avez alors appris le secret du contentement.

Le psalmiste (37:4) dit : « Prenez plaisir à l’Eternel, et il vous donnera les désirs (justes) de votre cœur. »

Peter J. Briscoe